Fleex

logo

logo

Fleex a été co-fondé par Guillaume Dupuy et Alexandre Point.

Guillaume a fait ses études à l’Ecole Centrale Paris et Alexandre à l’Ecole Polytechnique.

Ils ont tous les deux terminé leur cursus par un master à Stanford, au sein du département MS&E (Management Science and Engineering).

Après leurs études, ils travaillent tous les deux dans des entreprises différentes, Guillaume travaille dans le solaire chez Canopy et Alexandre dans le logiciel financier chez Quartet fs.

Puis ils travaillent ensemble chez Yseop, une entreprise d’intelligence artificielle positionnée sur la génération automatique de texte en langage naturel.

jeune_entrepreneurs_1

L’idée

L’idée de Fleex est venue d’un constat assez simple : Guillaume a appris l’anglais lorsqu’il était en école d’ingénieur grâce aux films sous-titrés.

Il s’est rendu compte qu’il n’existait plusieurs manières d’apprendre l’anglais mais celles-ci ne sont pas toutes efficaces.

Guillaume a eu l’idée de créer Fleex en améliorant le système des sous-titres.

Ce qui l’a motivé à créer Fleex est le fait d’être son propre patron, de travailler sur un sujet qui le passionne et aussi la perspective de gains en cas de réussite aussi 😉

 123976b

Le concept

Le concept de Fleex est d’être une “surcouche éducative” au-dessus de contenus existants.

Fleex propose aujourd’hui 4 sources de contenu :

YouTube : Ils ont effectué une sélection de vidéos YouTube qu’ils ont jugée intéressante, et qui inclue entre autres de nombreuses webséries ainsi qu’une majorité des conférences TED. Ces vidéos peuvent être visionnées directement sur le site, une fois inscrit, depuis un ordinateur ou une tablette.

Netflix : Si vous disposez d’un abonnement Netflix, vous pouvez installer notre extension “Fleex for Netflix” et regarder vos vidéos Netflix avec fleex. Cela fonctionne sur ordinateur seulement.

Fichiers vidéo : Si vous disposez de films ou de séries TV sur votre disque dur (fichiers avi, mp4, mkv etc.), vous pouvez les regarder avec les lecteurs fleex Player. Ce lecteur se charge de télécharger les meilleurs sous-titres pour la vidéo regardée, et ajoute automatiquement la surcouche fleex au-dessus de celle-ci. Cette option fonctionne sur ordinateur seulement.

Torrents : Fleex propose également une version modifiée du logiciel Popcorn Time, permettant de regarder en streaming des fichiers vidéo disponibles sur le réseau BitTorrent. Vous aurez ainsi accès en streaming à de nombreux films et séries, dont les plus populaires (Game of Thrones, How I Met Your Mother, Homeland etc.). Fonctionne sur ordinateur seulement.

En termes de fonctionnalités, la couche d’apprentissage comprend plusieurs fonctionnalités :

Sous-titres évolutifs : les sous-titres alternent français et anglais en fonction de votre niveau d’anglais – beaucoup de français au début, puis de plus en plus d’anglais à mesure que vous progressez.

Traduction instantanée : à tout moment, vous pouvez mettre en pause la vidéo pour afficher les deux sous-titres (français et anglais) en simultané, et cliquer sur les mots anglais que vous ne connaissez pas pour en afficher traductions, définitions, prononciation et accent tonique.

Reconnaissance des expressions : lorsque vous cliquez sur un mot, fleex utilise de puissants algorithmes de NLP (Natural Language Processing) pour déterminer s’il fait partie d’un groupe de mots (verbe à particule, groupe nominal, expression idiomatique…) : dans ce cas, fleex vous donne des informations sur le groupe de mots en question.

Carnet de vocabulaire : lorsque vous cliquez sur un mot, vous avez la possibilité de l’ajouter ensuite à votre liste de vocabulaire personnelle afin de le réviser plus tard.

Exercices : à tout moment, vous pouvez travailler les mots de votre liste à l’aide d’exercices personnalisés. Fleex utilise un algorithme de répétition espacée : lorsque vous travaillez avec succès sur un mot, fleex arrête de vous interroger dessus pendant une courte période. Si vous réussissez de nouveau un exercice sur le mot après cette période, fleex procède à une interruption un peu plus longue pour tester votre mémoire moyen-terme, etc.

Ce que cette expérience leur a appris et apporté

Avec la création de Fleex, Guillaume et Alexandre ont appris :

– L’importance de connaître leurs utilisateurs : le risque technique est la plupart du temps bien plus faible que le risque marché, et il faut donc parfois (souvent !) accepter de s’arrêter de coder pour mieux comprendre à qui l’on s’adresse, et quels sont leurs besoins.

– Qu’il n’est pas possible de tout tester mécaniquement : il faut aussi une vision, une direction. Un bon mix, en somme, entre le recul stratégique et l’optimisation opérationnelle.

Ainsi que tout plein de choses techniques qu’ils ont appris sur le tas et qui pourront leur resservir par la suite.

Cette expérience leur a apporté de nouvelles connaissances techniques. S’ils créent une nouvelle entreprise demain, ils sauront comment aller plus vite et quelles erreurs éviter.

Les difficultés qu’ils ont rencontrées

Le point le plus difficile pour eux a été le recrutement : trouver la bonne personne, apprendre à manager…

C’est une vraie métamorphose à faire, car manager demande des qualités tout à fait différentes de celles requises pour créer un produit.

Leur première expérience de recrutement a été un vrai échec, et ils portent au moins une partie de la responsabilité – pas facile à avaler sur le coup…

Leurs conseils :

L’idée ne vaut pas « rien »

On entend beaucoup que l’idée ne vaut rien, et que seule l’exécution compte. Il semble que beaucoup comprennent mal ce point, et concluent un peu vite que l’idée n’a pas d’importance. C’est évidemment faux ! Ce que l’on veut dire ici, c’est que l’idée n’est qu’un point de départ – sans l’exécution elle n’est rien. C’est un peu comme une probabilité : ce n’est rien, en soit, une probabilité. Tant que l’expérience n’a pas eu lieu, la probabilité n’est qu’un chiffre qui flotte dans les airs ! Peut-on pour autant dire que la probabilité n’est pas importante ? Certainement pas : mieux vaut une grande probabilité de succès qu’une faible probabilité de succès !

A effort, à talent égal, une bonne idée vous donne une meilleure probabilité de succès qu’une mauvaise idée. Avec plein de “mais”, évidemment : une bonne équipe saura par exemple, partant d’une mauvaise idée, pivoter pour trouver une meilleure, et c’est pourquoi les investisseurs savent l’importance des équipes (“we don’t invest in ideas, we invest in teams”). Malgré cela, il semble important d’insister sur : passer du temps pour chercher une bonne idée est tout sauf un mauvais investissement (un bon article sur le sujet ici par Paul Graham).

L’entrepreneuriat ne s’apprend pas dans les livres, mais…

On n’apprend pas à être un bon entrepreneur en lisant des livres : il s’agit d’abord d’une expérience à vivre, et il y a certaines erreurs qu’il faut faire avant de vraiment comprendre, de manière intime, pourquoi c’en étaient.

Cela n’enlève toutefois rien au fait qu’il existe aujourd’hui des milliers de choses passionnantes sur le web, des témoignages, des essais, qui peuvent aider à se former des réflexes. Une lecture régulière d’Hacker News, par exemple, permet de cultiver une intuition qui a beaucoup de valeur.

Entourez-vous

L’entrepreneuriat, c’est l’autonomie totale – ça fait parfois un peu peur. Bien s’entourer, c’est important à tous les niveaux : investisseurs, mentors, mais aussi sur un plan plus personnel de ses proches. Soigner sa relation avec eux, c’est essentiel.        

Où trouver Fleex :

Site internet : http://fleex.tv

Facebook : https://www.facebook.com/fleextv?fref=ts

Twitter : https://twitter.com/fleextv

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à partager

#Daretostart

Jérémie Dornbusch

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *