Weceipt

logo_weceipt_rouge_INPI

logo_weceipt_rouge_INPI

Weceipt a été cofondé par Marius Conjeaud et Pierre Jeannet.

Ils ont tous les deux été diplômés de Centrale Paris en 2014 en entrepreneuriat et informatique.

Marius a commencé sa carrière en travaillant dans une start-up et dans le conseil en stratégie.

Pierre quant à lui était développeur et manageait des équipes techniques.

Marius_150-2pierre_150_2-2

L’idée

A la sortie de leurs études, Pierre et Marius se sont tous les deux installés avec leurs petites amies respectives.

Ils ont donc commencé à partager avec celles-ci les dépenses, notamment les courses.

Cependant, leurs copines leur tapaient (gentiment) sur les doigts à chaque fois qu’ils jetaient le ticket de caisse du magasin à la sortie de celui-ci.

Ils ont donc décidé de résoudre le problème du ticket de caisse en version papier et de proposer des tickets de caisse électroniques.

L’idée de créer leur entreprise leur a toujours trotté dans la tête.

Les raisons en sont multiples, mais le fait que leurs parents travaillent à leur propre compte, ou leurs stages éprouvants dans de très grandes entreprises avec des mises sous pression parfois absurdes ont fait de cette idée une envie.

De plus, Marius et Pierre sont également amis depuis plusieurs années et ont toujours eu envie de créer leur entreprise ensemble.

Le concept

Weceipt propose aux commerçants de générer des tickets de caisse électroniques, pour les mettre à disposition des consommateurs sur la plateforme Weceipt.

Ces tickets embarquent des fonctionnalités nouvelles qui en font une réelle opportunité marketing pour les commerçants : sondages, jeux promos, recommandations personnalisées.

La plateforme s’appuie sur un algorithme Big Data de prédiction d’achats pour optimiser le ciblage des consommateurs.

11034276_862396567153313_402777692757760064_n

Ce que cette expérience leur a appris et apporté

La première chose qu’ils ont apprise depuis la création de Weceipt est d’expliquer leur concept afin que tout le monde comprenne.

En effet pour eux le concept est simple et facile à comprendre, cependant ils se sont rendus compte que la plupart des personnes à qui ils expliquaient le concept ne comprenaient pas du premier coup.

Ils ont donc appris à présenter leur concept afin de le rendre accessible au plus grand nombre.

Cela nécessite de savoir prioriser les informations et traiter dans le bon ordre ce qui relève de la vision, du produit concret, des contraintes techniques, de la valeur ajoutée, etc.

Une des choses qu’ils ont également apprises est de ne pas essayer de contrer tout de suite les objections, lorsque leur interlocuteur n’a pas encore compris le concept.

Les difficultés qu’ils ont rencontrées

Leur principale difficulté réside dans le fait que, leur système étant totalement novateur, personne ne veut être le premier à le tester.

En effet, ils s’attaquent  à un objet universel (ticket de caisse), mais ils sont en même temps sur un secteur où peu de start-ups ont décollé (relation client dans la distribution physique), avec un objectif novateur (ticket de caisse électronique).

Afin d’essayer de surmonter cette difficulté ils ont décidé de ne pas passer trop de temps avec les sceptiques en essayant d’adapter à tout prix leur concept, et donc multiplier les contacts pour trouver un précurseur.

Leurs conseils :

–       Croyez en votre projet, les remarques positives doivent vous donner de l’énergie, les négatives vous pousser à adapter votre discours. Si vous changez de projet à chaque remarque négative, vous ne décollerez probablement jamais.

–       « Choisissez bien vos associés ». On entend celui-là très souvent, on se dit que c’est évident, mais on ne va jamais assez loin pour l’appliquer : n’hésitez pas à mettre les choses sur papier, à fixer un cadre très pro, presque juridique car vos associés sont des amis mais aussi des collègues et des partenaires.

Où trouver Weceipt :

Site internet : www.weceipt.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/weceipt?fref=ts

Twitter : https://twitter.com/Weceipt

Si cet article vous a plu n’hésitez pas à partager

#Daretostart

Jérémie Dornbusch

7 Comments

  • Louise says:

    Pas si “totalement novateur” que ça leur système, les magasins E Leclerc proposent des tickets de caisse électroniques depuis plus de deux ans déjà… (http://www.nextinpact.com/news/78756-e-leclerc-fin-ticket-caisse-papier-recevez-le-plutot-par-mai.htm)

    • Bonjour Louise,

      Merci pour cet article très intéressant !

      Le but de Weceipt est de démocratiser le ticket de caisse électronique. C’est une bonne chose que E.Leclerc propose déjà cela cependant c’est encore un cas minoritaire et le ticket de caisse électronique devrait pouvoir être accessible au plus grand nombre vous ne pensez pas ?

      • Louise says:

        Si bien sûr, mais vous (et eux non plus) ne pouvez pas présenter comme nouveau un concept qui existe depuis deux ans déjà, vous ne pensez pas?

      • Louise says:

        De plus, il semblerait que le but de Weceipt est de donner accès à leur clients à toutes nos données d’achats (et personnelles également, tout comme à celles de nos proches via les réseaux sociaux), soit-disant pour permettre des promotions plus ciblées, autrement dit pour mieux spamer l’utilisateur… Il est déjà assez fatiguant de recevoir des mails promotionnels lors du moindre achat en ligne, alors si cela doit être aussi le cas pour les achats effectués en boutiques physiques, alors je préfère rester dans l’anonymat avec mon ticket papier! Et si je dois en plus recevoir des mails promotionnels car ma grand-mère a acheté une boîte de protections contre les fuites urinaires, autant vous dire que je suis loin d’être emballée par le concept!

  • Bonjour Louise,

    Le fait de proposer la solution aux commerçants et vouloir la démocratiser est novateur.

    En effet, donner accès au plus grand nombre la possibilité de proposer des tickets de caisse électroniques est un concept nouveau.

    S’agissant du spam, un spam est un mail proposant du contenu ou des offres que vous ne souhaitez pas recevoir, cependant s’il s’agit de produits que vous utilisez souvent vous serez contente d’avoir des promotions ou des offres spéciales.

    C’est le même principe que la newsletter que vous recevez régulièrement dans votre boite mail, vous pouvez vous désabonner à tout moment.

  • Marius Conjeaud says:

    Bonjour Louise,

    Je suis Marius le fondateur de Weceipt.

    Vous avez raison, le ticket de caisse électronique n’est pas une innovation en soi, à l’inverse de notre approche de plateforme qui regroupe tous vos tickets au même endroit.

    Quant à vos craintes sur le partage des données d’achats et sur le spam, nous proposons justement d’éviter cette situation que vous décrivez et dont nous ne voulons pas. Le fait que notre plateforme est multi-enseigne permet au consommateur de retrouver tous ses tickets au même endroit, ce qui évite d’avoir à installer une application par commerçant, ou bien de recevoir des e-mails à chaque transaction. Nous proposons une expérience où le consommateur vient chercher lui-même ce qui l’intéresse, tout en lui facilitant la tâche, car l’intérêt des enseignes est d’identifier des consommateurs proactifs, qui sont à la recherche de contenu et d’offres, pour leur proposer ce qui les intéresse, sans les “spammer” : envoyer des e-mails coûte cher et perdre un client mécontent encore plus.
    Pour ce qui est du partage de vos données d’achats avec nos clients, nous ne partageons pas les données entre enseignes. L’enseigne X a déjà les données d’achat que vous effectuez chez elle, idem pour Y, mais X n’aura pas accès à vos achats effectués chez Y.
    Enfin, pour ce qui est de la remarque sur les achats de votre grand-mère, ou l’accès aux données de vos proches via les réseaux sociaux, je ne vois pas le rapport avec ce que nous faisons : pourquoi nous proposerions-vous sur des produits achetés par votre grand-mère, alors qu’au contraire nous cherchons à diminuer le nombre d’offres que vous recevez pour augmenter leur pertinence ?

    J’espère que ces réponses auront éclairci un peu le concept et je vous souhaite une bonne journée.

    • Louise says:

      Bonjour Marius,

      Merci pour cette réponse détaillée, mais permettez-mois de citer votre site : “Vos clients peuvent partager leurs tickets électroniques sur les réseaux sociaux : c’est l’occasion pour vous d’atteindre leurs proches.”
      Mon interprétation, peut-être erronée de cette phrase, est la suivante : à partir d’un ticket partagé par ma grand-mère (=un de mes proches) sur un réseau social quelconque, vous pouvez m’atteindre et me proposer du contenu alors que je n’ai pas demandé à recevoir, ou en tout cas fournir des informations sur moi à une entreprise sans mon accord. A moins que vous ne vouliez simplement dire que la visibilité de la marque est assurée par le partage des tickets de caisse sur les réseaux sociaux? Dans ce cas, je ne suis pas non plus particulièrement intéressée par les listes de courses de mes amis…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *